CONTACT
DEMANDE DE DOCUMENTATION

Dax : le thermalisme durement touché reprend progressivement le 22 juin

10 juin 2020
870x489_maxnewsworldthree243499.jpeg

La reprise du thermalisme sur l’agglomération du Grand Dax sera progressive. Les différents établissements de la ville vont échelonner leurs réouvertures aux curistes entre le 22 juin et le 13 juillet.

La reprise du thermalisme sur l’agglomération du Grand Dax sera progressive. Les différents établissements de la ville vont échelonner leurs réouvertures aux curistes entre le 22 juin et le 13 juillet, le temps de mettre en place le protocole sanitaire national et relancer les analyses de l’eau thermale.

  • 22 juin : les thermes de Sourceo et du Régina
  • 29 juin : les thermes des Chênes – Arènes et Grand Hôtel et des thermes de l’Avenue.
  • 6 juillet : les thermes de Christus, Borda, des Ecureuils, Berot, Thermes et Saint-Pierre.
  • 13 juillet : les thermes Sarrailh, Dax o Thermes, Foch et Daxadour.

Protocole sanitaire augmenté

Les établissements thermaux dacquois ont participé, avec la Direction Générale de la Santé, à la rédaction d’un protocole sanitaire de reprise d’activité face à la COVID-19. “Conditions sanitaires strictes pour protéger à la fois nos curistes et aussi nos collaborateurs“, explique Virginie Bérot qui dirige les thermes Bérot.

Les normes sanitaires dans un établissement de soins thermaux étaient déjà imposantes. La lutte contre le coronavirus vient se superposer. “On est là pour accueillir tout le monde en sécurité sur le plan sanitaire. Il faut le répéter pour rassurer les personnes qui vont pouvoir venir“, insiste   Virginie Bérot. “A quoi cela va ressembler ? A ce que l’on voit un petit peu partout. Il va y avoir la distanciation sociale à respecter et le port du masque obligatoire lorsque cette distanciation n’est pas possible.

Ce qui signifie que, contrairement aux restaurants, les curistes pourront se déplacer sans masque à l’intérieur des établissements et dans les piscines également. Par exemple, le protocole recommande deux mètres carré par curiste dans les piscines. Ce qui était déjà le cas avant la crise.

L’activité thermale vecteur du virus ?

Enfin, question d’importance. Y-a-t il plus de risque de transmission du virus dans un établissement thermale, d’autant plus qu’ils sont fréquentés par des curistes, population à priori plus à risque de par leur âge et leurs pathologies. “Non“, répond Michel Duprat, médecin thermal dacquois et représentant national de la profession. Il reste prudent et s’appuie sur les connaissances actuelles du virus. “Le virus ne vit pas dans l’eau”, explique d’abord le médecin. “Nous avons des conditions qui, au départ, nous paraissaient extrêmement favorables à la transmission du virus. On pensait que la chaleur et l’humidité favorisaient la transmission. Aujourd’hui, cela semble être le contraire. Il semblerait que le virus n’aime pas trop la chaleur. L’humidité semble être aussi un facteur de non transmission“.

Michel Duprat se dit serein mais attentif. Et tous les acteurs du thermalisme du Grand Dax voudraient ainsi rassurer les curistes car, pour le moment, ces curistes sont très prudents, notamment sur les réservations.

Le maire de Dax, Julien Dubois, entouré d'une partie des acteurs du thermalisme à Dax.
Le maire de Dax, Julien Dubois, entouré d’une partie des acteurs du thermalisme à Dax. © Radio France – Paul Ferrier

Des pertes déjà impressionnantes

D’après les estimations du secteur thermal du Grand Dax, avec plus de trois mois de fermeture, les établissements thermaux vont perdre cette année la moitié de leurs curistes. Ils étaient plus de 60 000 en 2019. Ils devraient être 30 000 à ne pas venir cette année.

Si l’on convertit en euros cette perte, ce sont plus de 70 millions d’euros de ressources, de retombées, en moins pour le territoire. 42 millions d’euros de pertes en moyenne pour les établissements de soin et les logeurs.

Il y a aussi la question de l’emploi. 900 personnes travaillent directement dans le thermalisme sur le Grand Dax. Plus de 95% d’entre elles étaient au chômage partiel durant la crise. La reprise pour les salariés sera progressive.

Au fur et à mesure, nous allons reprendre nos collaborateurs et les enlever du chômage partiel”, confirme Jean-Charles Pressigout, le président du syndicat des Etablissements Thermaux de l’Agglomération Dacquoise. “Jusqu’aux mois de septembre et octobre, qui sont les mois les plus chargés de la saison thermale, la majorité de mes collègues reprendront 99 ou 100% des collaborateurs.

Le président d’ETAD veut rester optimiste au moment d’annoncer la réouvertures, même si le secteur est durement touché. “Il faut rester optimiste, je pense que nos établissements vont s”en sortir“.

Cette reprise des cures thermales est aussi attendue par la mairie de Dax car particularité ici, l’eau et la boue thermale, qui font la renommée de la station dacquoise, sont gérées en régie municipale. La ville vend ces produits aux établissements. L’absence de curistes, c’est donc une perte sèche pour les finances de la ville. Durant le confinement, des stocks de boue de Dax ont du être abandonnés, rejetés, sur les berges de l’Adour.

 

Source : France Bleu